Prise de Tage et syndrome de Stockholm

J’ai commencé la semaine à Lisbonne et je la finis à Stockholm, d’où le titre. L’Europe, comme le reste de la planète, est d’une beauté à couper le souffle.

C’est émouvant de voir à quel point les gens ont trimé pendant des siècles pour avoir une vie, une vie en sécurité et puis une belle vie.

Des rives de l’Algarve aux archipels nordiques, il y a beaucoup de gens qui te disent bonjour et te font un sourire même si tu n’es pas d’ici.

Alors Jean Monnet et Konrad Adenauer n’ont pas besoin de se retourner dans leur tombe, ils ont gagné leur pari : l’Europe est faite.

Et il n’y a même pas à rajouter un “mais” ou un “sauf que.”

Sauf que, justement, c’est devenu un sacerdoce pour certains de dire “sauf que”. Mais ceux là, tout ce qu’ils veulent c’est nous prendre en otages avec leurs peurs ressassées du vingtième siècle. Pas la peine d’y faire attention.

Stockholm

Stockholm

About the author

Stephane Baillie Gee

Stephane Baillie-Gee is a senior consultant. He works on advanced management and leadership in the scope of organizations of the future. He also helps bridging the communication gap between Western and Chinese cultures and organizations.

Leave a Reply